Millenium Music (a meta musical portrait) / Experimental Audio Research (E. A. R.) – La musique de quel siècle exactement ?

Peter Kember : nexus humain de Experimental Audio Research
Peter Kember : nexus humain de Experimental Audio Research

Experimental Audio Research
Millenium Music
1998

Si vous n’êtes pas dans un endroit particulièrement calme où il est possible de monter le volume sonore, n’hésitez pas à prendre un casque permettant une audition de précision. La vidéo d’archive qui suit ne doit pas vous dispenser d’acheter leur album, à bon entendeur… et puis le son est incomparablement meilleur sur le CD.
Vous avez le droit de lire l’article en même temps que vous commencez à écouter la bande sonore de la vidéo, mais essayez intensément de lire et d’écouter dans le même temps : une fois l’article terminé, le décollage aura été effectué.

E.A.R. Experimental Audio Research – Millennium Music from rubyrecluse

Retour aux sources et prospective

Premier temps d’écoute :

Comment ne pas penser aux premières expérimentations éminemment abstraites du début de la seconde moitié du XXème siècle dans le domaine de la “musique électronique” ?

De gros appareils permettaient de générer des sons selon des fréquences alors peu communes. Les montages s’effectuaient dans le monde analogique, on coupait des bandes et on les réunissait pour construire des suites sonores.

Une pensée pour Edgard Varèse et une pour Iannis Xenakis : on a ses préférés, pour sûr.

Qu’importait d’être considéré par les uns comme des avant-gardistes aventureux ou par d’autres comme les créateurs d’une musique élitiste difficilement assimilable, voire à rejeter pour ne pas perdre son temps (!?) [ce qui se fait ou ne se fait pas, le “bon goût”, etc.].

Créer des compositions aux architectures sonores radicales en utilisant des technologies toutes imbibées d’électricité.

Second temps d’écoute :

Et c’est ainsi que l’on se retrouve projeté dans un imaginaire de Science-fiction !

Rappelez-vous ce classique de la Science-fiction américaine des années 1950’s… oui c’est ça, ce film kitsch à souhait que vous ne vous lassez pas de revoir et qui continue de vous faire rêver… exactement… avec “Robby Le Robot” : Forbidden Planet = La planète interdite (1956 ; réalisation Fred McLeod Wilcox / entré en 2013au répertoire américain du National Film Registry de la Librairie du Congrès) [page wiki du film]

Le vieux professeur misanthrope, le valeureux capitaine et le médecin très malin pénètre dans le monde souterrain des Krells. Ils contemplent les restes d’une civilisation extra-terrestre depuis longtemps disparue, mais dont les vestiges témoignent d’un degrés technologique dont l’espèce humaine ne peut qu’envisager dans ses rêves les plus fous, y compris dans le contexte futuriste du film.

La scène qui nous intéresse en particulier est le moment où une petite capsule tenant dans le creux de la main est mise en écoute.
Des sons complexes sont alors entendus selon un ordre dont la logique ne nous apparaît pas. On pressent à cette subreptice écoute que nous aurons la possibilité d’accéder à une compréhension de cette sorte de musique d’ici quelques décennies au moins, c’est du moins ce que le réalisateur veut nous dire.

Je pense que Experimantal Audio Research a assimilé beaucoup de travaux en musique contemporaine, peut-être tout ce qui a été fait depuis les premiers balbutiements électroniques.

J’ai rêvé que cette musique était un jalon significatif d’un avenir musical.

Forbidden Planet  : le laboratoire des krells
Forbidden Planet : le laboratoire des krells | le studio d’enregistrement rêvé de Peter Kember

Et pour finir

Quelque chose doit être précisé.
Je ne pense pas qu’il soit correct de considéré E.A.R. comme des compositeurs de musique savante, je préfère qualifier leur démarche comme une forme d’expérimentation libre, donc il est plutôt question pour moi (mais pas que) d’une musique expérimentale seulement possible avec les moyens techniques contemporains. C’est pour cela que je classe cet article ainsi : MUSIQUES/Contemporaines/électroniques;expérimentales. Selon cette classification, E.A.R. croise Varèse, Xenakis ou Ferrari, mais, entendons nous bien, il s’agit d’univers adjacents mais non identiques. Chacun possède son altérité incontestable, son idiosyncrasie, cependant ils évoluent chacun dans des sphères, des univers créatifs distincts. Et chacun mérite au moins un article dans la gasphere 😉

Anyway, procurez-vous toutes les œuvres de Experimental Audio research, elles sont toutes de véritables nourritures pour l’esprit, même si la plasticité neuronale risque de temps à autres d’être mise à rudes épreuves.

La musique de E. A. R. témoigne de la liberté qu’il est encore possible d’acquérir – de construire au jour le jour – dans un monde culturel miné par de multiples formatages.

En attente de futurs sons déjà en formation.

E.A.R. Mesmerized 1994 E.A.R. Beyound the pale 1996 E.A.R. The Köner Experiment 1997
E.A.R. Millenium Music 1998 E.A.R. No One Is an Island 2005 ce ne sont pas tous les albums…

à bientôt
Gilles ARNAUD

Article en relation thématique :

Le Pavillon Philips : Edgard (Edgar) Varèse / Iannis Xenakis / Le Corbusier | Architecture et poème électronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ