Gilles Arnaud Sphere Rotating Header Image

Bases de données culturelles [2] : départ manqué de Europeana

Nouvelle catégorie : “Bases de données culturelles”


Je voulais ouvrir une nouvelle catégorie dans la GASphere à l’occasion de la mise en ligne de EUROPEANA, la base de données culturelle d’une Europe partie en croisade contre la culture américaine. J’ouvre donc cette catégorie mais sans Europeana, ou presque, et vous propose de revenir sur l’idée fondatrice.

Tout de même, à peine le temps de se mettre en route que le site explose à cause d’une excessive fréquentation : 10 millions de visites par heure.

Tout le monde court après les visites et d’autres en ont trop !

Je n’ai pas eu l’opportunité – ni le temps ! – d’aller jeter un coup d’œil.

Le même phénomène était arrivé avec la mise en ligne des archives du cinéma européen.
Le reste du monde va finir par penser qu’en Europe on ne tient pas la route.
Remarque, ce ne serait pas la première fois…

Retour de EUROPEANA à la mi-décembre, si la déesse Europa se range du côté de la vieille Europe.
En attendant, un lien vers un site qui vous présente cette future base de données culturelle :

logo-europeana

J’en profite pour vous soumettre un ouvrage écrit par un initiateur majeur du projet Europeana, Jean-Noël Jeanneney, un historien, directeur de la Bibliothèque nationale de France de mars 2002 à mars 2007 :

jean-noel-jeanneney-quand-google-defie-l-europe

“Le 14 décembre 2004, nous avons appris que Google, cette entreprise américaine proposant le moteur de recherche le mieux installé dans nos ordinateurs, projette de numériser, selon un plan de six ans, une quinzaine de millions de livres imprimés. Il s’agira au total, chiffre vertigineux, de 4,5 milliards de pages.
La première réaction, devant cette perspective gigantesque pourrait être la jubilation. Prendrait ainsi forme le rêve messianique qui a été défini à la fin du siècle dernier : tous les savoirs du monde accessibles gratuitement sur la planète entière.
Il faut pourtant y regarder de plus près. Et naissent aussitôt de lourdes préoccupations. Voici que s’affirme le risque d’une domination écrasante de l’Amérique dans la définition de l’idée que les prochaines générations se feront du monde.
Dans cette affaire, la France et sa Bibliothèque nationale ont une responsabilité particulière. Mais aucune nation de notre continent n’est assez forte pour assurer seule le sursaut nécessaire. Une action collective de l’Union européenne s’impose. L’enjeu est immense.”

[quatrième de couverture]

Un minuscule ouvrage de 114 pages : Quand Google défie l’Europe. Plaidoyer pour un sursaut.
Un essai qui pose clairement la problématique de la culture à l’ère du multimédia, et d’un réseau de communication à l’échelle mondiale.

La gratuité implique une accessibilité ciblée.
Quelle culture à portée de tous ?


Gillou


2 Comments

  1. Interessant que ce Mr Jeanmeney pense qu’aucun pays d’Europe ne soit capable de rivaliser seul avec Google. Interessant et précoccupant non ?
    Amitié
    Thierry

  2. Le problème majeur est la place accordée à la culture en Europe et en France en particulier. Les États-Unis ont consacré depuis les lendemains de la Seconde Guerre Mondiale, un budget faramineux à la recherche en sciences humaines et sociales, et à toutes formes de créations culturelles. Avec tout ce qu’on leur reproche, il faut bien reconnaître que les gouvernements successifs américains conçoivent la culture dans sa dimension anthropologique, c’est-à-dire en ce qu’elle est l’ensemble des représentations du monde, des pratiques sociales. Tout ce que les personnes lisent, écoutent, regardent, constituent et déterminent le fonctionnement d’une société, et du monde.
    En France et en Europe, aucune volonté politique n’alloue le budget nécessaire à un véritable développement culturel.

    Une des conséquences : on installe une base de données culturelle, et elle tient une journée !

    Nous nous en rendons compte tous les jours sur le net en particulier, n’est-ce pas Thierry, de cette place accordé à la pensée et à la réflexion sur nos sociétés ?

    Amitiés
    Gillou

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>